Archives de Tag: fin du Monde impossible

Ah oui ? La fin du Monde le 21 décembre 2012 ?

Ainsi donc les rumeurs se font persistantes un peu partout dans le monde et en particulier chez nous, sur la « fin du Monde » qui, selon le calendrier maya, serait inéluctable et se produirait le 21 décembre 2012…

Non seulement comme déjà plusieurs fois par le passé, cette annonce a fait le « buzz », mais la Toile est pleine d’élucubrations en tous genres, les dernières émanant de groupements aux abords du Pic de Bugarach, près de Camps sur l’Agly, endroit « merveilleux » s’il en est, où d’aucuns « ressentiraient des choses », et qui constituerait un « rempart » protégeant de l’Apocalypse annoncée, parce que c’est bien de cela qu’il s’agit.

En effet, la « fin du Monde » selon les Mayas est la disparition totale de toute espèce vivante sur la planète, que seule une gigantesque collision avec un non moins gigantesque astéroïde ou objet céleste pourrait – et encore… – provoquer.

Disparition totale de toute espèce vivante, avons-nous dit. Autrement dit : extermination totale de l’Humanité. Or, la première ineptie et contradiction des illuminés de Bugarach, réside précisément dans la possibilité de protection et de survie, qu’offrirait ce site. Comment parler alors de « fin du Monde » ?

Mais les incohérences ne s’arrêtent pas là. Les « sentinelles du ciel » qui scrutent en permanence l’espace en de nombreux points de notre vaisseau spatial qu’est notre bonne vieille Terre, justement pour y traquer à l’avance l’approche d’astéroïdes ou autres objets menaçants, ne font état d’aucun signalement dangereux et avant très longtemps, c’est-à-dire des centaines de milliers d’années et encore, il ne serait pas certain que cela représente une menace quelconque. En tous les cas : rien pour le 21 décembre 2012 !….

Alors quoi ? Il n’y a plus moyen maintenant d’avoir les moyens de ses croyances ? Un fort séisme, alors ! Deux même ! Oui mais voilà : ici encore, des « sentinelles », des scientifiques veillent et ne prévoient rien pour le 21 décembre 2012. De plus il faudrait vraiment que toute la planète soit secouée par toute une série de tremblements de terre de très grande magnitude, et même que tous les volcans se réveillent, pour provoquer des dégâts absolument considérables. Et encore….. Cela suffirait-il pour que toute forme de vie ait disparu à la surface de la Terre ?

Prenons l’Amérique latine par exemple, et les peuples, nombreux, qui vivent à 4 000 mètres d’altitude sur l’Altiplano. Seraient-ils affectés par plusieurs séismes ? Probablement pas : il faudrait vraiment que toutes les chaînes montagneuses du globe s’écroulent, ce qui semble impossible. Seraient-ils affectés par quelque pollution que ce soit ? Probablement que non, compte tenu de la haute altitude à laquelle ils vivent. Même chose au Népal, au Tibet. Seraient-ils affectés par une ou plusieurs explosions de centrales nucléaires ou de bombes nucléaires ? Probablement que non. Point n’est besoin donc d’aller se réfugier au Pic de Bugarach, ridicule en proportion des chaînes de la Cordillère des Andes ou de l’Himalaya, pour ne pas subir le moindre effet. Qui peut dans ces conditions, affirmer que le 21 décembre 2012 sera la « fin du Monde » ?

A moins… Oui, à moins que par « fin du Monde », on entende : « fin d’un monde », « fin d’une certaine façon de vivre, de nous comporter », « fin de nos modèles économiques désuets et à bout de souffle », « fin de modes de vie condamnables, sans prise de conscience », « fin d’états d’esprit belliqueux », au profit d’une nouvelle conscience, de nouveaux paradigmes économiques, sociaux, environnementaux, très respectueux de la Nature, de l’Homme, de ce qui nous a été donné de plus beau : la Vie, et une meilleure répartition des richesses sur cette planète. Peut-être est-ce là, effectivement, « la fin d’un certain monde », pour un renouveau. Souhaitons-le.

Edithorial

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans actualité société, débats de société