Ni droite, ni gauche, ni centre ….. : fin et conséquences du premier tour de scrutin

Image

La semaine dernière, le précédent article, titrant  » ni droite, ni gauche, ni centre « , prédisait ceci:

  • un taux d’abstention record;
  • un ras le bol généralisé de nos compatriotes pour la politique politicienne;
  • un lien, en réalité, entre des échéances locales et nationales;
  • une volonté de nos concitoyens d’en finir avec la sempiternelle  » alternance  » Droite-gauche « , et celle de choisir une autre voie, et il était suggéré le report des intentions de votes sur des listes ni droite ni gauche ni centre, sur des listes  » hybrides  » en somme.

Quels constats tire-t-on de ce premier tour ?

  • nous avons bien eu le record du taux d’abstention;
  • cette désaffection pour des échéances locales traduit bien le  » ras le bol  » généralisé des Français qui ne croient plus en leurs représentants, en leurs élus;
  • cette abstention record, et la mise « hors-jeu » d’office de plusieurs centaines de candidats de l’actuelle majorité, renforcent l’idée qu’il se soit agi d’un  » vote-sanction « , compte-tenu de l’absence de résultats positifs et concrets allant dans le sens de l’amélioration de l’économie de notre pays, du niveau de vie de nos concitoyens, de la vraie réduction de la dette publique;
  • la fin de la bipolarisation (droite-gauche) dans notre pays, et l’avènement d’une tripolarisation : Marine Le Pen le disait hier soir sur les chaînes TV, en particulier sur TF1;
  • Une poussée extraordinaire du Front National, que mon précédent article avait sous-estimée, mais tout comme les militants et dirigeants du FN eux-mêmes, les premiers surpris de voir certains bastions tomber entre leurs mains comme en Bretagne, alors que rien, absolument rien,  ne le laissait prévoir, ainsi que n’a pas manqué de le souligner là encore Mme Le Pen.

Effectivement donc, nous assistons semble-t-il à la naissance d’un nouveau paysage politique dans notre pays, au plan local certes, mais qui ne sera pas sans conséquences sur les échéances futures , sous réserve de confirmation du second tour, car si certains barons de droite comme de gauche se sont vus réélus sans problèmes et à une large majorité dès le premier tour, il reste selon les régions et les villes, des batailles à se jouer (duels; triangulaires; quadrangulaires), et par exemple sur Marseille et Paris, la marge de manoeuvre entre les deux candidats qui vont s’affronter est mince, et tout reste possible : il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué ! Dimanche prochain réserve encore bien des surprises !

Edithorial37

Publicités

2 Commentaires

Classé dans actualité société

2 réponses à “Ni droite, ni gauche, ni centre ….. : fin et conséquences du premier tour de scrutin

  1. Bonsoir,
    Je fais suite à votre texte sur Viadeo et partage votre analyse sur le peu d’efficacité que nous donne, en fin de compte, cette succession d’alternances. Il faut du temps pour réformer, donc une certaine continuité de l’action publique. Je diverge un peu sur ce que vous appelez le diktat de l’Europe. Il faut la réformer pour qu’elle redevienne un creuset de solutions et non un méli-mélo de complexité sans perspective.
    Bien cordialement, Jean-Yves ARCHER, cabinetarcher@orange.fr

  2. Avis partagé, quoiqu’il soit bien retenu que l’Europe telle qu’elle est actuellement, tend davantage à imposer ses vues, qu’à devenir un  » creuset  » de solutions, ou une  » usine à idées pour réformer « .

    Edithorial37

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s