Archives mensuelles : mars 2014

Ni droite, ni gauche, ni centre ….. : fin et conséquences du premier tour de scrutin

Image

La semaine dernière, le précédent article, titrant  » ni droite, ni gauche, ni centre « , prédisait ceci:

  • un taux d’abstention record;
  • un ras le bol généralisé de nos compatriotes pour la politique politicienne;
  • un lien, en réalité, entre des échéances locales et nationales;
  • une volonté de nos concitoyens d’en finir avec la sempiternelle  » alternance  » Droite-gauche « , et celle de choisir une autre voie, et il était suggéré le report des intentions de votes sur des listes ni droite ni gauche ni centre, sur des listes  » hybrides  » en somme.

Quels constats tire-t-on de ce premier tour ?

  • nous avons bien eu le record du taux d’abstention;
  • cette désaffection pour des échéances locales traduit bien le  » ras le bol  » généralisé des Français qui ne croient plus en leurs représentants, en leurs élus;
  • cette abstention record, et la mise « hors-jeu » d’office de plusieurs centaines de candidats de l’actuelle majorité, renforcent l’idée qu’il se soit agi d’un  » vote-sanction « , compte-tenu de l’absence de résultats positifs et concrets allant dans le sens de l’amélioration de l’économie de notre pays, du niveau de vie de nos concitoyens, de la vraie réduction de la dette publique;
  • la fin de la bipolarisation (droite-gauche) dans notre pays, et l’avènement d’une tripolarisation : Marine Le Pen le disait hier soir sur les chaînes TV, en particulier sur TF1;
  • Une poussée extraordinaire du Front National, que mon précédent article avait sous-estimée, mais tout comme les militants et dirigeants du FN eux-mêmes, les premiers surpris de voir certains bastions tomber entre leurs mains comme en Bretagne, alors que rien, absolument rien,  ne le laissait prévoir, ainsi que n’a pas manqué de le souligner là encore Mme Le Pen.

Effectivement donc, nous assistons semble-t-il à la naissance d’un nouveau paysage politique dans notre pays, au plan local certes, mais qui ne sera pas sans conséquences sur les échéances futures , sous réserve de confirmation du second tour, car si certains barons de droite comme de gauche se sont vus réélus sans problèmes et à une large majorité dès le premier tour, il reste selon les régions et les villes, des batailles à se jouer (duels; triangulaires; quadrangulaires), et par exemple sur Marseille et Paris, la marge de manoeuvre entre les deux candidats qui vont s’affronter est mince, et tout reste possible : il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué ! Dimanche prochain réserve encore bien des surprises !

Edithorial37

Publicités

2 Commentaires

Classé dans actualité société

Vol MH370 pour…. ? Que des questionnements…

BOEING  Mystérieux vol MH370  !

Disparu depuis environ une semaine, sans laisser de traces, le Boeing de la Malaysia Airlines n’en finit pas de semer doutes, hypothèses en tous genres, spéculations diverses, à la fois de la part de pilotes chevronnés, des familles concernées par ce vol parti de Kuala Lumpur mais jamais arrivé……

nulle part, en tout cas pour le moment, questions que se posent également les autorités chinoises dont beaucoup de ressortissants faisaient partie de ce vol, et interrogations mêlées de stupéfaction dans le Monde entier.

Il est un certain nombre d’interrogations possibles en effet, même pour un non technicien, même pour un non pilote.

La première est celle-ci: comment se fait-il, s’il s’agit d’un détournement volontaire de l’avion, (qui permet d’évoquer l’hypothèse de l’intervention d’un groupe terroriste), personne, aucune salle de rédaction, nulle part, n’ait à ce jour reçu la moindre revendication du détournement de cet appareil ?

La seconde est celle-là: comment se fait-il qu’à bord, semble-t-il, de tous les avions de ligne, le transpondeur, qui émet en continu des signaux permettant aux radars au sol d’identifier l’appareil, puisse être sinon déconnecté, du moins déréglé et apparemment avec une facilité déconcertante, par n’importe quel pilote ou personne avertie ? Quelle est, alors, l’utilité première sur ces transpondeurs, de cette faculté de pouvoir les couper des écoutes radar, ce qui va complètement à l’encontre de ce pour quoi ils sont faits ?

La troisième est la suivante: on nous dit que l’avion, après avoir changé radicalement de cap, aurait pu voler encore environ sept heures. Comment est-ce possible pour un avion de cette envergure et cette charge (239 passagers à bord + la soute à bagages pleine et le poids du kérosène) volant à environ 150 mètres au-dessus du niveau de la mer, donc avec une portance moindre, obligeant le pilote à pousser en permanence les moteurs, ce qui aurait du normalement considérablement réduire l’autonomie restante en carburant, et interdire à l’ appareil de voler encore sept heures…

Le quatrième questionnement concerne le « silence radio » observé par toutes les autorités aériennes concernées des régions impliquées dans tout vol dans un rayon théorique de 3 500 Kms au départ de Kual Lumpur : aucun signalement dans le ciel, aucun bruit suspect, aucun atterrissage non prévu non plus, aucun repérage quel qu’il soit et par quelque autorité que ce soit d’un avion de cette envergure, rien.

La cinquième interrogation se rapporte au « silence radio » des passagers de l’avion : se trouvent-ils dans une zone non couverte par les liaisons satellitaires, ou dépourvues de points-relais des communications, ou si détournement il y a eu (et au fil des heures, ça semble bien être le cas), les pirates de l’air auraient-ils pu mettre en place un système de brouillage des communications ?

La sixième question est de savoir comment il se fait que personne, en tout cas apparemment, n’ait essayé d’appeler des passagers sur leur portable.

Une chose paraît au moins à peu près certaine : il ne peut s’être abîmé dans la mer dans la première zone de recherche, qui s’était concentrée dans l’axe du vol  vers Pékin. Reste à explorer toutes les autres possibilités, un vrai travail de fourmi, pour une disparition subite d’avion de ligne qui restera dans les annales.

En attendant, des familles souffrent de ne rien savoir, de ne pas comprendre ce qu’il a pu arriver à ce vol, aux leurs, et les moyens mis en oeuvre pour le retrouver paraissent bien dérisoires eu égard au fait, comme le précisent plusieurs magazines, que le boeing en question n’avait vraiment rien d’un « avion furtif »…

Edithorial37

Poster un commentaire

Classé dans actualité société

Ni droite, ni gauche, ni centre……

Dimanche prochain, les Français de métropole et d’Outre mer,  vont être appelés à voter, pour le premier tour des Municipales 2014.

Image (photo guglielmi.fr)

Qu’en est-il du sempiternel clivage droite – gauche pour l’opinion publique ? De ce balancement continuel droite – gauche que l’on nomme alternance ? Et qu’en est-il du Centre, qui devrait être le plus facile à situer, mais qui parfois a presque disparu de la scène politique, avant de réapparaître, écrasé entre les deux forces (droite/ gauche), et de ce fait plus ou moins excentré, un coup rejeté plus à droite, un autre rejeté plus à gauche, mais jamais au vrai centre ?

Ce ne sont pas les nombreux scandales en tous genres, qui ont émaillé la scène politique française depuis l’ère Pompidou jusqu’à ce jour, qui vont réconcilier nos concitoyens avec elle, même s’il s’agit cette fois, de « politique de clochers », théoriquement sans enjeu national.

Les récents déboires d’un Copé englué dans une affaire de trafic d’influence, avec des dissensions au sein même de son propre parti, d’un Sarkozy poursuivi par la presse – people et des soupçons de financements occultes, d’un Dassault dont l’immunité parlementaire a été levée dans le cadre d’une enquête sur des suppositions de fraude électorale et trafic d’influence, les grandes manoeuvres pour succéder à Delanoë à la Mairie de Paris, et qui font s’écharper MMes Hidalgo et Kosciusko – Morizet, les mêmes basses manoeuvres pour l’accession à la Mairie de Marseille, achèvent d’écoeurer le citoyen « lambda » de ce qui est, il faut bien le dire, à droite comme à gauche et au centre,  devenu un gigantesque panier de crabe où s’étrillent joyeusement les futurs « élus », souvent au détriment de véritables volontés de servir une ville, des citoyens, et davantage pour satisfaire un besoin plus carriériste.

Le citoyen « lambda », maintes fois éprouvé et échaudé, n’est dupe de rien et ne tombera probablement pas dans le « panneau » dimanche prochain, selon deux directions possibles:

  • celle d’une abstention record, très fréquemment observée pour un premier tour, surtout si la clémence du temps que l’on connaît actuellement se poursuit. En effet, beaucoup de nos compatriotes préfèreront sans doute la promenade, la sortie ou la réunion en famille ou entre amis, sous le soleil, au chemin vers les urnes, peu intéressés qu’ils sont devenus, par toute échéance électorale;
  • les courageux qui tiendront à accomplir leur devoir électoral, penseront peut-être qu’il est enfin temps de sonner la « mise à mort » de cette perpétuelle alternance « gauche – droite » qui a fait tant de mal dans notre pays, les uns passant leur temps une fois installés aux commandes, quelles qu’elles soient, à « détricoter » ce que les précédents ont fait, et vice versa. En effet, de plus en plus fleurissent dans nos communes, des listes mixtes, sans distinction de croyance ou d’appartenance politique, mais qui réunissent simplement des personnes de bon sens et de bonne volonté, capables de s’entendre sur un « programme commun » acceptable par tous.

Ne serait-ce pas là, car le « ras le bol de la politique politicienne en général » résonne dans toutes les contrées, accentué par les récentes affaires, et renforcé par l’impression de n’être plus gouvernés, au plan national, tout simplement parce que personne à part nos gouvernants eux-mêmes, ne perçoit réellement les effets positifs de leurs réformes, le temps de sonner le glas du clivage « gauche – droite » et de faire confiance à la synergie de listes ni de droite, ni de gauche, ni du centre, mais composées de femmes et d’hommes de croyances différentes certes, mais qui ont tous quelque chose de positif à apporter à la vie de leur commune ?

Il n’est en effet pas besoin d’être fin observateur, pour constater que, aussi bien l’UMP que le PS sont en perte de vitesse brutale et même en chute libre dans l’opinion. Nos gouvernants n’ont jamais atteint une cote de satisfaction aussi basse, et en face, l’opposition est empêtrée dans ses multiples affaires et contradictions, non crédible et même d’apparence « usée ».

Quant au centre, il n’est là qu’à titre symbolique, et déjà quelques fissures peuvent être perceptibles. Reste le FN, mais qui ne devrait pas profiter de la situation, en principe.

Si les votes devaient se reporter massivement sur ce type de listes « mixtes », (il faudra attendre évidemment les résultats du second tour), il sera intéressant pour les commentateurs et politologues, d’en évaluer les conséquences possibles sur les échéances électorales futures, qui pourraient alors donner lieu à une redéfinition totale du paysage politique français.

Edithorial37

Poster un commentaire

Classé dans actualité société, actualité société, économie, débats de société, politique