CARNET DE VACANCES (3)

PHOTO DE VACANCES A LA MERJe ne sais pas si vous êtes comme moi, mais en vacances, j’aime être tranquille. Les resquilleurs, les enquiquineurs, les rouspéteurs, très peu pour moi. Je fais trempette, puis je me cale sous un bon parasol, et je parcours ma tablette, ou lis (ou finis de lire) le livre que j’ai glissé dans ma valise, ou encore j’écoute de la musique relaxante, ou encore je discute avec mes voisins de plage: nous nous connaissons quasiment tous maintenant. Et puis, il y a les promenades aux alentours, qui ne manquent jamais de charme: la Côte d’Azur est si belle par endroits…

Je ne rate aucun marché, et il n’est pas rare d’y croiser, se croyant là incognito, une personnalité du show-bizz: chaque année nous en apporte une(e) ou deux. J’adore flâner dans les ruelles parfois médiévales de certains villages varois, j’adore m’attarder à la table d’un bon petit restaurant, et je suis chaque année surpris par le « spectacle » donné autour de soi.

Habituellement, nous avons parfois droit au ballet des canadairs et hélicoptères bombardiers d’eau, qui éteignent courageusement les départs de feu dans le massif des Maures. Cette année c’est plutôt sur la mer « qu’on a mis le feu »…. Des vedettes rapides à moteur « inbord » qui ont caramélisé: pas beau à voir après, et…. pas très rassurant. Heureusement: pas de victimes à déplorer à cette occasion.

Nous ne sommes guère habitués non plus, comme usagers de la plage, à voir surgir à vingt mètres environ du sol, en pleine sieste, un hélicoptère du Samu, arrivé en urgence, se poser dans un terrain vague voisin en envoyant valdinguer tous les objets même lourds se trouvant à proximité, pour transporter dare-dare une personne à l’hôpital le plus proche.

Et sur la plage, bien qu’entre habitués, il y a toujours beaucoup de nouveaux vacanciers qui adoptent cet endroit, et comme dans la vie normale, on y retrouve la même typologie. Vous avez celui qui croit qu’en appuyant un peu son pied de parasol dans le sable, il est bon pour résister à un vent de force 6 ou 7 au moins: or, à la première rafale du mistral, ce sont les gens qui se trouvent dans sa trajectoire qui se le prennent. Un pied de parasol mal planté devient une « arme par destination » et s’il se plante dans le thorax d’un vacancier, ce peut être mortel.

Vous avez celui qui dispose d’un choix de plusieurs grands emplacements possibles pour y installer ses sièges, parasols et serviettes, mais qui on ne sait pourquoi, va venir se planter…., sur vous !

Vous avez ceux qui mangent, fument et boivent sur la plage, et à la place de quoi, quand ils sont repartis, nous voyons des tas de mégots de cigarettes moitié enfouis dans le sable, des cannettes de boisson à même le sable, accompagnés de papiers gras, alors que plusieurs poubelles sont mises à la disposition des usagers.

Vous avez encore celui qui, installé devant vous, avec, pas de chance ce jour là, le vent qui vous est défavorable, fume à longueur de journée sur la plage de gros cigares et vous en envoie la fumée, généreusement et d’un air manifestement satisfait…

Il y a aussi celles ou ceux qui, faisant mine d’être seuls, et sortant de la baignade, entreprennent de changer de maillot et se contorsionnent dans un bout de serviette, tout ça pour qu’en définitive, ce qui ne devait pas être vu le soit, ou, comme c’est déjà arrivé, un string soit remis….à l’envers, déclenchant l’hilarité générale…

Ne pas oublier celles et ceux qui ne savent pas jouer aux raquettes, et qui, c’est curieux, ont une propension à toujours envoyer la balle sur vous (même chose pour le ballon)…

Vous y trouvez également la famille au grand complet, avec des enfants en bas âge, qui n’ont manifestement pas dormi suffisamment longtemps, ou pour lesquels il fait trop chaud, ou qui ont peur de l’eau, mais qui donnent de la voix, sans parfois que ça dérange plus que ça les parents. J’ai même connu la situation où de très jeunes enfants, tenant depuis peu debout, avaient le chic pour créer l’incident en repérant sur la plage d’autres enfants du même âge pour…, leur subtiliser leurs jouets de plage, sans que ça n’émeuve non plus leurs parents qui semblaient trouver ça naturel, tandis que les petits propriétaires des jouets « empruntés » braillaient tout ce qu’ils savaient !

Voilà ce qui fait la joie quotidienne d’une plage et des vacances au fond, et qui nous fait dire au bout d’un moment, variable selon les individus, que nous ne serons pas mécontents non plus de rentrer chez nous.

Edithorial37

Publicités

2 Commentaires

Classé dans actualité société, vacances

2 réponses à “CARNET DE VACANCES (3)

    • Bonjour Fernan,

      et avec retard, bonne année tout d’abord, et merci pour votre appréciation du billet sur le carnet de vacances, comme pour vous être abonné. Ce site va revivre après une période de léthargie due à de multiples autres activités. Ne serait-ce que économiquement, et surtout politiquement, l’actualité en 2016 ne va certainement pas tarir l’information à commenter.
      Cordialement,
      Edithorial37

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s