La Française des Jeux, ses bénéfices colossaux, ses super-cagnottes et nos déficits abyssaux…

La Française des Jeux, Nationale s’il en est, est, c’est bien connu, une entreprise qui ne connaît pas la crise…, comme dans une célèbre chanson.

Tous les mois, voire plusieurs fois par mois, et parce que aucun joueur n’a gagné au 1er rang de ses loteries, la somme qui représentait le gros lot (Loto, Superloto, Keno, Euromillion) est mise dans une cagnotte et remise en jeu la fois suivante, et ainsi de suite.

Ce système conduit aux aberrations que tout le monde connaît: un beau jour, un seul gagnant va empocher une somme fabuleuse, dont il n’aura même pas idée tellement le montant donne le vertige et fait oublier les repères normaux des valeurs. Les malheureux qui, eux arriveront aux 2ème et 3ème rangs – et a fortiori – au-delà, ne devront se « contenter » que de…. miettes….

En ces temps difficiles, particulièrement même pour de nombreuses couches de la population, et en ces périodes où nos responsables politiques de tous bords se grattent la tête à la recherche de solutions leur permettant de combler tous ces déficits abyssaux de la France, de réduire significativement la dette publique, et ne trouvent pas mieux que de « racketter » une fois encore les braves gens, ceux dont les revenus sont plus que moyens, souvent guère supérieurs au SMIC, en se servant, en prenant directement dans leurs poches, la Française des Jeux, si riche, s’honorerait de « mettre au pot » du désendettement du pays, et non des sommes déjà suffisamment conséquentes comme ça de ses loteries, les gains non trouvés (actuellement remis en jeu sous la forme de « super-cagnottes », ainsi que les gains jamais réclamés (c’est rare mais ça arrive tout de même parfois).

Voilà un idée à méditer, la solidarité dans le combat contre l’endettement et la pauvreté devant être l’affaire de tous, et non seulement de certains. Il avait été question il y a peu de taxer les casinos: pourquoi la Française des Jeux ne montrerait pas l’exemple, le temps de réduire significativement la dette publique de la France ? Ensuite, elle pourrait reprendre ses anciennes habitudes, c’est à dire remettre en jeu les sommes non distribuées. Mais elle devrait aussi un jour ou l’autre, à mon sens, revoir de fond en comble ses grilles de répartition des gains, totalement iniques pratiquement dans tous ses jeux.

Aujourd’hui, qu’un chômeur gagne le gros lot et empoche 160 millions d’euros: tant mieux pour lui évidemment !, mais ça n’a plus de sens, ni pour lui (pour qui 50 millions auraient probablement suffi amplement), ni pour les « gagnants » des rangs suivants, qui n’ont de « gagnants » que le nom puisqu’ils recueillent… des « clopinettes », ce qui constitue un procédé assez limite, et proche peut-être de la malhonnêteté, en tout cas certainement de l’iniquité.

Edithorial37

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans actualité société, économie, débats de société

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s