Archives mensuelles : décembre 2012

La Française des Jeux, ses bénéfices colossaux, ses super-cagnottes et nos déficits abyssaux…

La Française des Jeux, Nationale s’il en est, est, c’est bien connu, une entreprise qui ne connaît pas la crise…, comme dans une célèbre chanson.

Tous les mois, voire plusieurs fois par mois, et parce que aucun joueur n’a gagné au 1er rang de ses loteries, la somme qui représentait le gros lot (Loto, Superloto, Keno, Euromillion) est mise dans une cagnotte et remise en jeu la fois suivante, et ainsi de suite.

Ce système conduit aux aberrations que tout le monde connaît: un beau jour, un seul gagnant va empocher une somme fabuleuse, dont il n’aura même pas idée tellement le montant donne le vertige et fait oublier les repères normaux des valeurs. Les malheureux qui, eux arriveront aux 2ème et 3ème rangs – et a fortiori – au-delà, ne devront se « contenter » que de…. miettes….

En ces temps difficiles, particulièrement même pour de nombreuses couches de la population, et en ces périodes où nos responsables politiques de tous bords se grattent la tête à la recherche de solutions leur permettant de combler tous ces déficits abyssaux de la France, de réduire significativement la dette publique, et ne trouvent pas mieux que de « racketter » une fois encore les braves gens, ceux dont les revenus sont plus que moyens, souvent guère supérieurs au SMIC, en se servant, en prenant directement dans leurs poches, la Française des Jeux, si riche, s’honorerait de « mettre au pot » du désendettement du pays, et non des sommes déjà suffisamment conséquentes comme ça de ses loteries, les gains non trouvés (actuellement remis en jeu sous la forme de « super-cagnottes », ainsi que les gains jamais réclamés (c’est rare mais ça arrive tout de même parfois).

Voilà un idée à méditer, la solidarité dans le combat contre l’endettement et la pauvreté devant être l’affaire de tous, et non seulement de certains. Il avait été question il y a peu de taxer les casinos: pourquoi la Française des Jeux ne montrerait pas l’exemple, le temps de réduire significativement la dette publique de la France ? Ensuite, elle pourrait reprendre ses anciennes habitudes, c’est à dire remettre en jeu les sommes non distribuées. Mais elle devrait aussi un jour ou l’autre, à mon sens, revoir de fond en comble ses grilles de répartition des gains, totalement iniques pratiquement dans tous ses jeux.

Aujourd’hui, qu’un chômeur gagne le gros lot et empoche 160 millions d’euros: tant mieux pour lui évidemment !, mais ça n’a plus de sens, ni pour lui (pour qui 50 millions auraient probablement suffi amplement), ni pour les « gagnants » des rangs suivants, qui n’ont de « gagnants » que le nom puisqu’ils recueillent… des « clopinettes », ce qui constitue un procédé assez limite, et proche peut-être de la malhonnêteté, en tout cas certainement de l’iniquité.

Edithorial37

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans actualité société, économie, débats de société

Retraité ou pensionné, en France: le nouveau « paria » ?

Notre pays compterait en 2012, tous régimes confondus, environ 16 millions de retraités et pensionnés. « D’heureux retraités et pensionnés », devrais-je écrire, si l’on en juge par la manière dont ces « inactifs », comme la société les nomme également, non sans, parfois, une certaine malice, sont (si l’on peut s’exprimer ainsi) « considérés », en particulier par les Pouvoirs publics, c’est à dire bien mal.

Tout va mal? C’est en partie à cause de ces profiteurs de retraités, qui jouissent paisiblement d’un repos qu’ils pensent avoir bien mérité, pendant qu’une majorité de leurs concitoyens s’épuisent dans leurs recherches d’emploi, pendant que d’autres, encore loin de la retraite, se retrouvent dehors du jour au lendemain parce que la fiscalité est moins lourde ailleurs que dans notre pays.

Il y a des déficits abyssaux à résorber? C’est en partie à cause de ces égoïstes de retraités, qui ne mettent pas la main  à la poche, alors qu’ils en ont les moyens, puisque, c’est bien connu, quand on est retraité, on se suffit à soi-même et vit avec presque rien: tout dans les économies!!!

L’économie française ne repart pas? L’équilibre de nos Caisses de Retraite, contrairement à ce que l’on nous affirmait à peine deux ans plus tôt, ne sera pas atteint en 2020, mais au contraire, c’est à un déficit de 20 milliards d’euros auquel nous aurons à faire face? C’est en partie de la faute de ces indifférents de retraités et pensionnés, qui ne pensent qu’à se payer des voyages à l’étranger! Après tout, ne leur demandons pas leur avis, et prenons dans leur poche, servons-nous!

Oui, ça c’est la façon de voir très simpliste pour ne pas dire plus, de nos gouvernants et de leurs (soi-disant) « conseillers ».

En 2012 par exemple – chiffres officiels – le montant moyen brut mensuel que perçoit un retraité est de 1 250 € !!!!!

Effectivement, avec une retraite aussi conséquente, ils doivent « s’en mettre plein les poches » ces égoïstes de retraités! Franchement: quelle indécence!

Car effectivement, indécence il y a: mais pas où l’on croit!

Rappelons tout d’abord les paroles qu’avait prononcé en public Nicolas Sarkozy, alors Président de la République, lors d’un déplacement en province: il avait estimé qu’en France, le niveau des retraites (tous régimes confondus encore une fois), était trop bas. Il n’a pas pour autant modifié la donne, et nous savons que l’évolution des retraites est loin d’avoir suivi le rythme de l’inflation!

Nous savons aussi qu’en France, il y a essentiellement des petites retraites, les « gros retraités », disons à partir de 3 000 € par mois et plus, représentant un très faible pourcentage.

Par ailleurs, les diverses augmentations qui se sont succédé au cours des derniers mois (4 augmentations successives des prix du gaz; augmentation des prix du fioul domestique; alignement du prix du diesel sur celui de l’essence sans plomb; hausse des tarifs d’assurance; déremboursements médicaux; hausse des tarifs des Mutuelles; hausse généralisée de divers produits de consommation courante, etc, etc…), ont sérieusement amputé le pouvoir d’achat, et par la même occasion le moral de ces retraités et pensionnés, lesquels ont bien souvent entamé leur Livret A pour s’en sortir.

Bien loin de là, donc, les voyages aux Bahamas, les escapades à Las Vegas ou Honolulu ! Les préoccupations de plus de 80% de nos retraités et pensionnés sont bien plus « terre à terre » que ça! Certains d’entre eux ne peuvent même plus, comme ils le faisaient il y a des années, aider financièrement leurs enfants, et gâter leurs petits enfants !

Eh bien, figure-vous que notre Gouvernement a, sérieusement, ces jours-ci, envisagé parmi les trois « pistes » qui lui étaient suggérées pour ramener à l’équilibre nos Caisses de Retraites, de choisir la plus facile pour lui, la plus injuste et la plus lâche aussi: prendre dans la poche, une nouvelle fois, de ces « nantis » de retraités et pensionnés !

C’est sûr que ce Gouvernement n’a pas à craindre de voir défiler dans les rues des grandes villes, banderoles à la main, tout ou partie des 16 millions de retraités, et encore moins de trouver parmi eux des « casseurs »!!!

Je rappelle les deux autres « pistes », brièvement:

– allonger la durée du temps de travail;

– aligner l’âge de départ à la retraite pour tout le monde à 63 ans. (Actuellement certaines catégories socio-professionnelles partent à 57 ans).

Les lecteurs jugeront…

Si la ligne droite est souvent la meilleure, la plus rapide et la plus sûre, la facilité ne l’est peut-être pas tant que ça.

En effet, c’est oublier que ces retraités et pensionnés contribuent largement (pour combien de temps encore ?) au succès du Livret A, lequel est supposé servir, entre autres, à l’octroi de prêts, notamment à nos entreprises, qui en ont bien besoin.

De plus, c’est aussi un fait connu que, jusqu’à maintenant du moins, les retraités et pensionnés consommaient, et contribuaient pour une part non négligeable dans la consommation, qui est un des moteurs de notre économie !

Leur pouvoir d’achat, en l’état d’être menacé d’une nouvelle amputation, risque fort d’apporter un coup de frein brutal à leur consommation !

Enfin, arithmétiquement tout au moins, à défaut de données précises et officielles, 16 millions de retraités représentent 16 millions d’électeurs, dont on peut raisonnablement estimer afin de ne froisser personne, pour respecter le clivage actuel droite/ gauche, que 8 millions d’entre eux sont susceptibles de faire partie de l’électorat de droite ou de gauche, et que, s’ils s’abstenaient de voter aux prochaines échéances majeures dans ce pays, en guise de protestation, ou s’ils votaient « blanc »……

Enfin il est permis de s’interroger sérieusement sur les réelles compétences de ces « experts » et autres « conseillers » ayant présidé aux dernières réformes de nos retraites, comme de ceux qui « s’interrogent actuellement » sur les équilibres budgétaires à l’horizon 2020, 2030, 2050…. Même si, c’est vrai, le monde ne cesse de bouger, et l’économie ouverte que nous connaissons ne cesse de nous jouer des tours, quel crédit peut-on légitimement accorder à des femmes et des hommes qui se fient les yeux bandés à des calculs informatisés établis suivant des « modèles » prévisionnels? En quoi ces derniers seraient-ils fiables et crédibles? Connaissent-ils l’avenir? Qui aujourd’hui dans ce monde, est sérieusement capable sans pouvoir être démenti ne serait-ce que dans un ou deux ans, ce que seront l’économie mondiale, et par rapport à elle, l’économie française en 2030 ?

Edithorial

Poster un commentaire

Classé dans actualité société, économie, débats de société, politique

« Citoyen » Depardieu …….

L’acteur ayant choisi de s’expatrier en Belgique pour des raisons uniquement fiscales, a créé l’évènement médiatique de la semaine, faisant même dans la provocation, en écho aux propos plus que subjectifs du premier ministre M. Ayrault et de son ministre de l’économie M. Sapin.

Gérard Depardieu en effet a choisi de s’engager dans une voie qui ne sera peut-être pas à son avantage, s’il persiste. Il déclare solennellement « rendre son passeport français » et se permet d’apostropher le premier ministre français comme il le ferait avec n’importe quel citoyen!

Il oublie qu’en 1988, à l’occasion de sa ré-élection à la Présidence de la République, François Miterrand – socialiste s’il en est – avait décerné la Légion d’Honneur à Gérard Depardieu.

Cette très haute distinction, censée récompenser un comportement citoyen exemplaire, ne devrait-elle pas lui être retirée sur le champ ?

L’acteur ne se grandit pas, en croisant ainsi le fer avec les autorités d’un pays qui l’a beaucoup aidé à devenir ce qu’il est aujourd’hui, même s’il y a également dans sa réussite certainement une part de lui-même.

S’il choisit aussi l’exil total – et pas seulement fiscal – il doit en toute logique rendre à la France ce qu’il lui doit, à commencer par sa Légion d’Honneur. Ensuite, il appartiendra aux belges d’apprécier s’ils ont hérité là, d’un grand acteur, d’un génie du cinéma comme les médias l’ont très souvent présenté, et comme un génie tout court.

Edithorial

 

Poster un commentaire

Classé dans actualité société, actualité société, débats de société, politique

It’s so shocking!!!!!

Mais quelle est donc cette société britannique, si prompte à donner des leçons et rire des autres?

Quelle est donc cette Presse anglaise, « 2Days », qui se moque des règles d’éthique journalistique? Depuis quand, lorsqu’on est journaliste, créée-t-on de l’information virtuelle en usurpant une identité par des moyens frauduleux, susceptibles on le sait puisqu’ils l’ont fait en étant certains que ça fonctionnerait!, de tromper n’importe quelle personne de bonne foi?

Quelle est donc cette famille Royale, qui ne fait pas manifestement donner   de consignes spéciales au personnel de l’accueil (réception et téléphone) de l’hôpital Edward VII de Londres, pour une telle hospitalisation, celle de Kate Middleton?

Quelle est donc cette direction de cet hôpital, Edward VII, pour que l’infirmière qui a réceptionné l’appel soit retrouvée morte le lendemain matin à son domicile? Les premières constatations n’étant pas celles de l’homicide (il ne manquerait plus que cela…),

  • soit l’infirmière était gravement malade et l’ignorait et elle est décédée de causes naturelles (curieux, ne trouvez-vous pas ???);
  • soit elle s’est donnée la mort (curieux également, ne trouvez-vous pas ???? Quelle coïncidence étrange tout de même!!!!). Alors, cette infirmière (ça aurait pu être n’importe qui d’autre) a nécessairement reçu, soit un blâme de son employeur, soit des menaces, soit l’annonce de sa mise à pied, ou autres pressions de ce genre!!!! On ne décide pas, comme ça, de se suicider du jour au lendemain, sans aucune raison!!!

D’ailleurs, preuve est qu’il y a eu manquement à l’éthique et déontologie journalistique, puisque les deux journalistes de la chaîne « 2 Days » ont été suspendus de leurs fonctions!

La famille Royale, elle, s’en tire par un laconique « communiqué » exprimant son chagrin…

En attendant, drôle de société britannique, et drôles de sociétés tout court, car chez nous aussi en France, comme dans la plupart des pays, ces « méthodes » pitoyables ont été utilisées, le plus souvent pour piéger des politiques.

A mon sens, on n’empêchera jamais l’imbécilité humaine de se manifester de cette manière, surtout avec les moyens technologiques de communication modernes dont nous disposons. Le plus grave selon moi, ce sont les manquements inacceptables de ces deux journalistes, qui ne méritent ni leur titre ni leur carte: lorsqu’on a en charge de diffuser de l’information « grand public », on se doit, c’est une règle fondamentale, de vérifier auparavant la véracité de cette information, sa provenance, sa fiabilité, d’en connaître les sources. En aucun cas on ne créée du virtuel! Jamais! Rappelez-vous en France à cet égard le scandale d’un célèbre journaliste TV qui avait falsifié un reportage pour faire croire à un « direct » à l’étranger, sur le théâtre d’opérations de guerre, et les répercussions qui ont suivi! Or là, les deux « journalistes » anglais ont fait pire: ils ont inventé, en utilisant une « méthode » de nature à tromper l’opinion, à commencer par celle de cette jeune infirmière hélas disparue. Tout aussi grave selon moi est le fait (non vérifié mais simplement supposé au moment de la rédaction de cet article), qu’aucune directive particulière n’aurait été donnée par sa direction au personnel de l’accueil de cet hôpital afin qu’il ne réponde pas en direct en tout cas, aux demandes de ce type par téléphone!

Une prise de conscience collective et généralisée de tous les médias du monde entier, sous quelque forme qu’ils s’expriment, radio, chaînes internet, chaînes TV, presse écrite, est de plus en plus souhaitable afin de définir partout les mêmes règles strictes et fixer des limites à ne jamais franchir, puisque aujourd’hui, nous le voyons bien, il peut y aller de la vie des gens.

Edithorial

Poster un commentaire

Classé dans actualité société, actualité société, débats de société

Ah oui ? La fin du Monde le 21 décembre 2012 ?

Ainsi donc les rumeurs se font persistantes un peu partout dans le monde et en particulier chez nous, sur la « fin du Monde » qui, selon le calendrier maya, serait inéluctable et se produirait le 21 décembre 2012…

Non seulement comme déjà plusieurs fois par le passé, cette annonce a fait le « buzz », mais la Toile est pleine d’élucubrations en tous genres, les dernières émanant de groupements aux abords du Pic de Bugarach, près de Camps sur l’Agly, endroit « merveilleux » s’il en est, où d’aucuns « ressentiraient des choses », et qui constituerait un « rempart » protégeant de l’Apocalypse annoncée, parce que c’est bien de cela qu’il s’agit.

En effet, la « fin du Monde » selon les Mayas est la disparition totale de toute espèce vivante sur la planète, que seule une gigantesque collision avec un non moins gigantesque astéroïde ou objet céleste pourrait – et encore… – provoquer.

Disparition totale de toute espèce vivante, avons-nous dit. Autrement dit : extermination totale de l’Humanité. Or, la première ineptie et contradiction des illuminés de Bugarach, réside précisément dans la possibilité de protection et de survie, qu’offrirait ce site. Comment parler alors de « fin du Monde » ?

Mais les incohérences ne s’arrêtent pas là. Les « sentinelles du ciel » qui scrutent en permanence l’espace en de nombreux points de notre vaisseau spatial qu’est notre bonne vieille Terre, justement pour y traquer à l’avance l’approche d’astéroïdes ou autres objets menaçants, ne font état d’aucun signalement dangereux et avant très longtemps, c’est-à-dire des centaines de milliers d’années et encore, il ne serait pas certain que cela représente une menace quelconque. En tous les cas : rien pour le 21 décembre 2012 !….

Alors quoi ? Il n’y a plus moyen maintenant d’avoir les moyens de ses croyances ? Un fort séisme, alors ! Deux même ! Oui mais voilà : ici encore, des « sentinelles », des scientifiques veillent et ne prévoient rien pour le 21 décembre 2012. De plus il faudrait vraiment que toute la planète soit secouée par toute une série de tremblements de terre de très grande magnitude, et même que tous les volcans se réveillent, pour provoquer des dégâts absolument considérables. Et encore….. Cela suffirait-il pour que toute forme de vie ait disparu à la surface de la Terre ?

Prenons l’Amérique latine par exemple, et les peuples, nombreux, qui vivent à 4 000 mètres d’altitude sur l’Altiplano. Seraient-ils affectés par plusieurs séismes ? Probablement pas : il faudrait vraiment que toutes les chaînes montagneuses du globe s’écroulent, ce qui semble impossible. Seraient-ils affectés par quelque pollution que ce soit ? Probablement que non, compte tenu de la haute altitude à laquelle ils vivent. Même chose au Népal, au Tibet. Seraient-ils affectés par une ou plusieurs explosions de centrales nucléaires ou de bombes nucléaires ? Probablement que non. Point n’est besoin donc d’aller se réfugier au Pic de Bugarach, ridicule en proportion des chaînes de la Cordillère des Andes ou de l’Himalaya, pour ne pas subir le moindre effet. Qui peut dans ces conditions, affirmer que le 21 décembre 2012 sera la « fin du Monde » ?

A moins… Oui, à moins que par « fin du Monde », on entende : « fin d’un monde », « fin d’une certaine façon de vivre, de nous comporter », « fin de nos modèles économiques désuets et à bout de souffle », « fin de modes de vie condamnables, sans prise de conscience », « fin d’états d’esprit belliqueux », au profit d’une nouvelle conscience, de nouveaux paradigmes économiques, sociaux, environnementaux, très respectueux de la Nature, de l’Homme, de ce qui nous a été donné de plus beau : la Vie, et une meilleure répartition des richesses sur cette planète. Peut-être est-ce là, effectivement, « la fin d’un certain monde », pour un renouveau. Souhaitons-le.

Edithorial

Poster un commentaire

Classé dans actualité société, débats de société