Les réseaux sociaux virtuels sont-ils un remède à la solitude ?

Image

PLusieurs centaines de millions d’internautes et d’accros des tweets et autres textos sur smartphones et autres appareils de communication, échangent chaque jour des milliards de messages, photos, vidéos.

Internet et les nouvelles technologies se sont incrustés partout, jusque dans les régions les plus reculées de la civilisation, les plus désertes. Aujourd’hui il est possible de communiquer facilement avec n’importe qui quasiment n’importe où, même en plein désert ou, sans aller jusque là, dans des contrées éloignées de toute ville un tant soit peu importante, rompant ainsi l‘isolement des personnes.

Les faits sont là en effet: Facebook avec plus de 500 millions de membres, Viadeo avec 45 millions de membres, Google+, LinkedIn, Tweeter, Smart Web (2 millions) pour ne citer qu’eux, permettent grâce aux ordinateurs, à l’Internet haut débit, aux téléphones mobiles 3G+ et maintenant 4G, de se relier n’importe où à son réseau favori, et de là, à tchatter, tweeter, envoyer messages, photos, vidéos en direct, et de se créer de nouvelles relations, de nouveaux contacts, suivant les affinités.

En cela, l’isolement des personnes (du moins de celles, jeunes ou âgées, aptes à savoir se servir de toutes ces technologies), tend à devenir un lointain souvenir.

Pour autant, chacun s’accorde à le reconnaître: les relations sont avant tout et restent à plus de 90% virtuelles, qu’elles soient purement amicales, ou professionnelles. Il y a bien malgré tout des exemples de contacts ainsi opérés, qui se sont par la suite poursuivis et concrétisés réellement. Mais dans l’ensemble, les échanges demeurent virtuels. Là également, d’aucun ne pourra prétendre qu’avec 1 000 contacts dans son carnet d’adresses, l’internaute est en mesure de correspondre régulièrement avec chacun de ceux-ci. Dans la réalité, seule une petite dizaine d’habitués se retrouvent être de vraies relations suivies, et fort peu conduisent à de vraies rencontres, physiquement parlant.

Or isolement et solitude sont deux notions voisines. L’isolement est le fait de se trouver isolé socialement des autres. La solitude est un état d’isolement. Pourtant on peut différencier l’isolement de la solitude.

En effet, l’isolement peut être géographique, technique, subi.

La solitude n’est pas nécessairement liée à la géographie ni aux problèmes techniques, et elle peut être subie, ou au contraire, voulue. C’est le cas de ceux qui chaque année éprouvent le besoin de faire une retraite dans un monastère ou autre endroit, pour se couper momentanément du stress de la vie courante; c’est la situation de certains métiers choisis justement en fonction de l’état de solitude qu’ils apportent: gardiens de phares en pleine mer (il y en a de moins en moins), berger dans les Alpages, marins, etc… Mais le plus souvent la solitude est plutôt subie, touchant autant des personnes jeunes que des personnes âgées, et ces nouvelles technologies, ces réseaux sociaux, ne sont alors que des « solutions en trompe – l’oeil« , ne procurant que des résultats éphémères, des « rencontres virtuelles » sans lendemain.

C’est là le paradoxe de ces nouvelles technologies de la communication: rompre l’isolement et faire se rapprocher des êtres qui, sans elles, ne se seraient sans doute jamais parlé, et dans le même temps, n’être qu’un miroir aux alouettes.

Edithorial

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans actualité société

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s